/

Mali : plus de 80 partis politiques et organisations réclament la tenue d’une présidentielle

2 mins read
Le chef de la junte malienne, Assimi Goïta, arrive à Saint-Pétersbourg, pour participer au sommet Russie-Afrique, le 26 juillet 2023.

Plus de quatre-vingts partis politiques et organisations de la société civile au Mali réclament l’organisation « dans les meilleurs délais » d’une élection présidentielle et la fin de la transition dans ce pays sahélien dirigé par une junte depuis 2020. Ils rappellent tous, dans deux communiqués distincts, que la durée de la transition a pris fin le 26 mars.

Un premier groupe formé d’associations et de partis politiques au Mali « demande aux autorités en place, au regard du vide juridique et institutionnel (…) de créer les conditions d’une concertation rapide et inclusive, pour la mise en place d’une architecture institutionnelle, à l’effet d’organiser, dans les meilleurs délais, l’élection présidentielle », selon les termes d’un communiqué publié dimanche 31 mars au soir.

Les signataires du communiqué ajoutent qu’ils auront recours à « toutes les voies légales et légitimes, pour le retour » du Mali à l’ordre constitutionnel normal et dans le concert des nations, gage de la stabilité politique.

Injonctions à l’unité nationale et mesures répressives

Le Réseau des défenseurs des droits humains (RDDH), qui regroupe une cinquantaine d’organisations locales, a lancé, dans un autre communiqué, le même appel à la junte. « Le pays traverse des difficultés énormes et la transition n’a pas vocation à régler tous les problèmes du pays. Il est temps de sortir de cette impasse, d’autant plus que le dernier report de la transition a expiré le 26 mars », souligne son président, Souleymane Camara, qui appelle à un retour de « l’ordre constitutionnel ».

La junte dirigée par le colonel Assimi Goïta avait décrété en juin 2022 que les militaires céderaient le pouvoir aux civils à l’issue d’une période dite de transition s’achevant le 26 mars 2024, après une présidentielle prévue pour février de la même année. Les militaires ont depuis annoncé le report de la présidentielle à une date toujours inconnue. Ils n’ont donné aucune nouvelle indication sur leurs intentions après le 26 mars.

L’expression de l’opposition, étouffée par les injonctions à l’unité nationale et les mesures répressives, est devenue exceptionnelle sous la junte. Depuis le putsch d’août 2020, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’est évertuée en vain à limiter le maintien des militaires au pouvoir. La junte a annoncé le retrait du Mali de la Cedeao à la fin de janvier.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Paris 2024 : le parcours du combattant de Valentin Houinato, journaliste à Radio France et judoka en quête d’une qualification aux JO pour le Bénin

Next Story

Sénégal : les chantiers prioritaires du prochain président Bassirou Diomaye Faye

Latest from Blog

withemes on instagram

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress

Erreur. Aucun flux trouvé.

Veuillez aller sur la page de réglages d‘Instagram Feed pour connecter votre compte.

Verified by MonsterInsights