/

Djibouti : au moins trente-huit migrants, en route vers le Yémen, meurent dans un naufrage

1 min read

Au moins trente-huit migrants, dont des enfants, ont péri lundi dans le naufrage de leur embarcation au large de Djibouti, a annoncé, mardi 8 avril, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). L’ambassade éthiopienne, sise à Djibouti, a précisé qu’il s’agissait de ressortissants éthiopiens. Selon l’ambassade, l’embarcation « a chaviré au large du nord-est de Djibouti, lundi », et transportait « soixante migrants éthiopiens vers le Yémen ».

L’OIM a fait savoir que « trente-huit corps [avaient] été retrouvés, dont des enfants », après ce naufrage, faisant également état de « vingt-deux survivants » et de six personnes « portées disparues et présumées mortes ».

La « route de l’est », empruntée par les migrants au départ de la Corne de l’Afrique pour rejoindre l’Arabie saoudite via le Yémen en guerre, est considérée par l’OIM comme « l’une des routes migratoires les plus dangereuses et les plus complexes d’Afrique et du monde ». Depuis 2014, quelque mille personnes ont été tuées ou ont disparu en empruntant cette route, selon l’OIM, agence spécialisée de l’ONU. En novembre 2023, soixante-quatre migrants avaient disparu, présumés morts en mer, dans un naufrage survenu au large des côtes du Yémen, rappelle l’OIM.

Chemin périlleux

Outre les naufrages, les migrants sont confrontés, tout au long de leur chemin, aux risques de « famine, risques sanitaires », aux « trafiquants et autres criminels », manquent « de soins médicaux, de nourriture, d’eaux, d’un abri », souligne l’organisation.

Les Ethiopiens forment un important contingent des migrants suivant cette route de l’est dans l’espoir d’une vie meilleure en Arabie saoudite.

L’Ethiopie, deuxième pays le plus peuplé d’Afrique (120 millions d’habitants), est déchirée par de nombreux conflits, a subi une importante sécheresse ces dernières années, et l’économie souffre. « Même si les accidents sont réguliers, le nombre de migrants continue d’augmenter », regrette l’ambassade éthiopienne, qui souligne que « les voyages illégaux vers le Yémen via Djibouti ne rapportent rien d’autre que la mort ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Au Yémen, le voyage au bout de l’enfer des migrants éthiopiens

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

En Côte d’Ivoire, Abidjan veut se « débarrasser » des vendeurs ambulants et des mendiants

Next Story

Afrique du Sud : l’ancien président Jacob Zuma pourra finalement être candidat aux élections législatives

Latest from Blog

withemes on instagram

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress

Erreur. Aucun flux trouvé.

Veuillez aller sur la page de réglages d‘Instagram Feed pour connecter votre compte.

Verified by MonsterInsights