//

Diomaye et Sonko ratent le début de la rupture…les sénégalais mécontents

4 mins read
diomaye

Au Sénégal, les « petites ruptures » d’Ousmane Sonko en attendant le grand changement.Le nouveau chef de gouvernement se sait attendu au tournant. Si les mesures concrètes se font encore attendre, l’ancien leader de l’opposition impose déjà son style, en même temps qu’il apprend à travailler sous les ordres de Bassirou Diomaye Faye, cet ancien bras droit qu’il a fait président. Peut-on exercer les fonctions de président de la République du Sénégal ou de Premier ministre sans avoir jamais assuré de fonctions étatiques auparavant ? Et si oui, peut-on apprendre sur le tas ?

 

Le régime de Bassirou Diomaye Diakhar Faye est en phase test. Novice au pouvoir, le Parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) est scruté à la loupe. Diomaye et son premier ministre Ousmane Sonko ne devaient pas faire d’erreur. Malheureusement, le nouveau régime a failli dans tous les secteurs. Et faut dire que cela risque de faire des vagues. Ce gouvernement avait promis de faire dans la rupture. Mais il semble que des choses n’ont pas encore changé.

diomaye

Deux (2) mois au pouvoir, les sénégalais commencent à être déçus du régime de Diomaye. Le Président a promis de matérialiser le projet de Pastef. Celui-ci prône un changement radical. Mais les choses sont à la traîne. Les prix des denrées n’ont toujours pas encore baissés. Et les compagnons du chef de l’Etat ne lui facilitent pas les choses. Ils posent des actes qui ont mis la population dans tous leurs états. Les plus remontés contre le régime se trouvent sûrement à Keur Massar. Et il s’agit des commerçants et marchands ambulants.

La mairie de Keur Massar Sud a lancé depuis quelques jours, une opération de déguerpissement. Une initiative du maire Bilal Diatta qui vise à débarrasser la voie publique sur les alentours de l’autopont. Ces marchands ambulants ont dénoncé les pratiques employées par la municipalité pour les déguerpir et fustigent la communication violente du membre de Pastef. Mais ils sont très remontés contre le président de la République et son premier ministre. Ces ambulants se sentent trahis par les personnes pour qui ils ont voté. Ils voient en Sonko et Diomaye la cause de leur malheur actuel.

Si ces ambulants sont très remontés contre Diomaye ce n’est pas à cause de leur déguerpissement. Ce qu’ils contestent c’est la période choisie par le maire patriote. Bilal Diatta est en train de les chasser de leur lieu de travail à quelques jours de la Tabaski. La majorité de ces jeunes sont des soutiens de famille. Ce qui peut expliquer leur colère. Mais ils ne sont pas les seuls à être remontés contre le régime. Deux (2) mois seulement au pouvoir, Diomaye fait face à un véritable casse-tête. Une situation dont il pouvait se passer s’il n’y avait pas des amateurs à la tête des transports aériens.

En effet, le pèlerinage à la Mecque, édition 2024, est un véritable échec. Le second avion qui devait rallier la ville sainte n’a pas pu prendre le départ le jour indiqué. Ces pèlerins étaient laissés en rade à l’aéroport. Ces hommes et femmes étaient très remontés car au moment où ils étaient en galère, leur ministre de tutelle était en plein «Set Setal». Pire encore, Air Sénégal n’avait pas daigné leur dire ce qu’il en était clairement. Il a fallu que le directeur de l’aéroport international Blaise Diagne, Cheikh Bamba Dièye prenne le relais pour que la situation puisse se calmer. C’est ce dernier qui leur avait promis un avion.

Considérés comme du sabotage, le Président et son premier ministre ont été les premiers indexés. Car les nouvelles autorités avaient promis de sévir s’il y’avait des problèmes pour ce hajj 2024. «Il faut reconnaître qu’il y a eu une défaillance d’une partie qui est Air Sénégal. Sur les 11 vols programmés, il y en a deux qui ont accusé du retard, Air Sénégal ayant loué un aéronef qui a tardé à rejoindre Dakar. Pourtant, Air Sénégal avait pris des engagements fermes de deux vols et d’un vol back-up (soutien)», a déclaré El Malick Ndiaye. Donc Bassirou Diomaye Faye et Ousmane Sonko savent où chercher pour trouver les responsables. Air Sénégal continue d’être une véritable compagnie à problèmes.

diomaye

Les nouvelles autorités peuvent se rattraper. Pour éviter la foudre des sénégalais, Ousmane Sonko et Diomaye doivent assurer pour la Tabaski. Cette fête est d’une importance capitale dans notre pays. Au moment où on parle de hausse du prix du riz, il ne devrait pas en être de même pour le prix du mouton. À deux semaines de ce grand événement religieux, ce n’est pas encore le grand rush dans les points de vente. Faut dire que l’argent ne circule pas comme auparavant. Mais espérons que le nouveau régime pourra matérialiser les besoins qui s’estiment à 810 000 têtes, selon le ministre de l’Agriculture, de la souveraineté alimentaire et de l’élevage.

Quoiqu’il en soit, le bilan d’étape pour les nouvelles autorités n’est pas encore fameux. Le Président Bassirou Diomaye Faye ne s’est pas encore occupé des questions essentielles. Et l’une des choses qui tient à cœur les sénégalais c’est la baisse des prix. Mais ce n’est pas aujourd’hui que le panier de la ménagère va s’alléger. Les nouvelles autorités doivent lever le pied sur les questions judiciaires et s’occuper des besoins réels de la population. Elles ont été élues pour cela !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Équipe nationale du Sénégal : L’importante décision prise par Aliou Cissé (photos)

Next Story

Djiby Guèye Ndiaye, le chef de protocole de Sonko, dans une terrible situation (photo)

Latest from Blog

withemes on instagram

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress

Erreur. Aucun flux trouvé.

Veuillez aller sur la page de réglages d‘Instagram Feed pour connecter votre compte.

Verified by MonsterInsights