À la Une: la presse sénégalaise se fait l’écho de l’interview d’Ousmane Sonko sur France 24

3 mins read

Un entretien depuis son domicile de Dakar puisque, comme le rappelle SenePlus, l’opposant est « assigné à résidence depuis sa condamnation début juin à deux ans de prison pour corruption de la jeunesse ». « Je ne suis pas assigné à résidence mais arbitrairement détenu », répond le leader du Pastef pour qui « aucune décision de justice ou administrative ne l’oblige à rester chez lui ».

Le quotidien relaye de son côté la réaction d’Ousmane Sonko après l’annonce de Macky Sall de ne pas briguer un troisième mandat : pour lui, « il n’y a rien à féliciter ou à remercier ». « Un président sortant s’est vu félicité par une partie du monde simplement pour avoir respecté la Constitution de son pays », souligne Ousmane Sonko qui regrette une « infantilisation de l’Afrique », rapporte SenePlus.

Sur cette non-candidature de Macky Sall, Seneweb se fait l’écho du point de vue de l’opposant pour qui cette annonce a laissé les Sénégalais « presque indifférents ». Quant à sa propre candidature, le leader du Pastef assure que Macky Sall « a dit à certains qu’il empêchera vaille que vaille sa candidature ». Ousmane Sonko se dit « prêt à pardonner » et même à « oublier », rappelle SenePlus.

Mais le quotidien se fait aussi l’écho des mots durs de l’opposant sur la présidence Macky Sall, qualifiée de « dictature ». Comment appeler un pays où le président « recrute des milices privées et leur permet d’ouvrir le feu sur des manifestants non armés ? », interroge-t-il. Il revient sur les violences de juin qui ont suivi sa condamnation. Pour lui, précise SenePlus, les Sénégalais ne se sont pas soulevés contre le troisième mandat de Macky Sall mais contre la persécution d’un opposant. Et pourtant, le journal ne peut que constater que le leader du Pastef « apparaît plus que jamais menacé par sa condamnation dans une affaire de mœurs ». Et pourtant, comme il l’a martelé à nouveau hier : « Je suis encore totalement éligible ».

Quelles conséquences si Sonko ne peut pas se présenter ?

Le Quotidien rapporte les propos du leader du Pastef à France 24 : « Il n’y aura pas d’élections dans ce pays ou ce sera dans un chaos indescriptible, si par des combines judiciaires le président Macky Sall veut empêcher ma candidature ».

SenePlus se fait de son côté l’écho de l’optimisme d’Ousmane Sonko en vue de la présidentielle. La majorité des 17 millions de Sénégalais veut sa candidature, estime-t-il. « Si on va aux élections, je serai déclaré vainqueur au premier tour », conclut le président du Pastef.

La rébellion avortée de Wagner en Centrafrique

Selon Jeune Afrique, « plusieurs centaines de mercenaires de Wagner ont quitté Bangui ces dernières heures ». Le site d’information précise que « deux vols ont quitté l’aéroport de Mpoko, dans la capitale centrafricaine, et se sont envolés vers Moscou. Un autre avion Iliouchine se tient prêt à Bangui ».

« Ils répondraient à une convocation de leur état-major » selon Jeune Afrique, qui précise que « sous la pression du Kremlin, Wagner s’apprêterait à revoir son organisation et à signifier à ses hommes qu’ils répondront désormais davantage au ministère de la Défense russe ». « Ces hommes, ou au moins une partie, devraient ensuite revenir en Centrafrique. »

Jeune Afrique qui constate que « l’avenir du groupe Wagner intéresse au plus haut point le gouvernement centrafricain et le président Faustin-Archange Touadéra ». Ils comptent sur les 800 à 900 hommes qui restent pour sécuriser certaines régions du pays mais aussi le référendum du 30 juillet prochain. Quant à la présence de Wagner au Mali, le site d’information ne constate aucun rapatriement et relaye les chiffres des services de renseignements occidentaux, selon lesquels près de 1 400 mercenaires seraient toujours présents dans le pays.

Retour au pays des premiers pèlerins ivoiriens du Hajj 2023

Pour les accueillir sur le tarmac de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, « le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, Vagondo Diomandé, et à ses côtés l’ambassadeur de l’Arabie saoudite auprès de la République de Côte d’Ivoire », raconte Fraternité Matin.

Le quotidien relaye aussi les propos de l’ambassadeur saoudien, qui s’est félicité de « l’initiative la Route de La Mecque ». Elle permet de « faciliter la venue des pèlerins ivoiriens », pris en charge dès l’aéroport d’Abidjan. Au total, conclut Frat Mat, « ce sont 15 vols charters et 7 vols commerciaux qui ont été mobilisés pour le transport de l’ensemble des pèlerins ».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Un trio Maroc, Espagne, Portugal candidat à la Coupe du monde 2030

Next Story

Tariq Ramadan renvoyé en procès pour viols sur quatre femmes

Latest from Blog

withemes on instagram

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress

Erreur. Aucun flux trouvé.

Veuillez aller sur la page de réglages d‘Instagram Feed pour connecter votre compte.